L'accord sur le nucléaire : Comment évoluent les négociations ?

 

Si tout a l'air de bien aller dans le monde, tout n'est pas pour autant rose et on pourrait peut-être craindre le pire. La crise sanitaire mondiale liée au coronavirus attire l'attention de toute la communauté internationale mais les velléités de guerre et la course effrénée à l'armement de certains États du monde ont de quoi donner de sérieuses inquiétudes. Le nucléaire iranien continue de susciter le débat et le sujet mérite qu'on en discute. Cet article se chargera donc de vous en dire plus sur l'évolution des négociations sur le nucléaire.

 

L'accord de Vienne est-il respecté ?

 

Cela fait  plus d'une décennie que l'Iran ne cache plus sa volonté de se doter de l'arme nucléaire. À cet effet, le pays du Moyen-Orient a lancé un vaste programme de développement de sa réserve d'uranium. Ce n'est pas l'uranium en soi qui pose problème puisqu'à l'usage civil, son enrichissement est autorisé jusqu'à un certain seuil. Mais l'Iran a des visées purement militaires,  veut se hisser au rang des puissances militaires mondiales et gagner en importance sur son voisin et ennemi israélien. L'alerte a alors été donné sur le programme nucléaire iranien et les grandes nations du monde se sont mobilisées pour rappeler l'Iran à l'ordre. Le pays n'a pas démordu. Cela a donné lieu à douze ans de rappels à l'ordre, de négociations et de sanctions. L'accord de Vienne signé en 2015 aura finalement décanté la situation. 

 

Nouveau rebondissement

 

L'accalmie n'aura duré que deux années avant la reprise de nouveaux bras de fer entre l'Iran et les puissances mondiales, en l'occurrence, les États-Unis. Cette fois, c'est le sulfureux ancien président des États-Unis, Donald Trump,  qui a tapé du poing sur la table face à un supposé non respect de l'accord. Cela a donné lieu à de nouvelles sanctions de Washington contre l'Iran. Les tensions ne vont pas pour autant décroître jusqu'au retrait des États-Unis et du président Donald Trump de l'accord de Vienne. La situation en est ainsi, mais l'Agence Internationale pour le nucléaire assure avoir la maîtrise de la situation et pouvoir convaincre l'Iran d'abondonner son dangereux programme nucléaire.