L'économie du Royaume Uni entre Brexit et Coronavirus

 

Cela fait un moment que le Royaume Uni a, pour ainsi dire, claqué la porte de l'Europe. Le Brexit est consommé et définitivement acté. Cela fait moins d'alliés économiques pour le pays de Boris Johnson et un statut presque autarcique à assumer. Les rapports commerciaux entre Britanniques et Européens prendront forcément une nouvelle orientation et cela se fera sentir des deux côtés. Si le Royaume Uni peut déjà être considéré comme une paria de l'Europe, la crise du coronavirus renforce cette condition. Et, entre Brexit et Coronavirus, l'économie britannique va devoir montrer et prouver sa résilience.

 

De fortes difficultés

 

Supermarchés, poste, fruits de mer sont les premiers touchés par le Brexit avec une baisse des échanges commerciaux entre Européens et Britanniques. Les entreprises britanniques vont devoir elles aussi être totalement restructurées pour espérer survivre aux affres du Brexit. Le coronavirus n'a pas aidé l'économie avec ses vagues successives, notamment avec la nouvelle variante qui fait rage dans le pays. Le premier ministre britannique, qui a lui aussi frôlé la mort en étant infecté par le virus, prend des mesures successives dont un reconfinement total du pays pendant la deuxième vague.

 

Une économie résiliente

 

Le moins qu'on puisse dire, c'est que l'économie britannique n'est pas près de la crise comme le faisait craindre le Brexit. Des études annoncent que le PIB britannique pourrait grimper jusqu'à 2 % courant 2021, mieux que celle de la France, par exemple. Cela n'étonne pas finalement, puisque, malgré le Brexit, un accord de libre-échange a été signé entre l'Union Européenne et le Royaume-Uni parce que les taxes ne profiteraient à aucune des deux parties. Il est cependant clair que , comme tous les pays du monde, le coronavirus éprouve fortement l'économie britannique, et dans ce contexte de Brexit encore plus. Toutefois, le pays ne semble pas être au bord de la crise économique. Et tout porte à croire que le Royaume-Uni a les armes pour sauver son économie, malgré la pandémie. La conception d'un vaccin britannique rassure à ce sujet.